abonnement

L’école de demain, ce n’est pas pour aujourd’hui, mais…

Il y a 8 mois, 1 semaine

Certes, il est encore loin le temps où toutes les écoles, toutes les classes, seront numérisées. De plus,  les collectivités locales ont de moins en mois d’argent pour investir suite à la baisse des dotations de l’Etat. Il n’empêche : la vague numérique est en train de se constituer et elle déferlera un jour ou l’autre dans toutes les écoles de France et de Navarre. C’est simplement une question de temps, d’autant que les différents gouvernements successifs poussent dans ce sens.

La dernière enquête dévoilée par Epson, intitulée « Agir maintenant pour faciliter  la révolution numérique dans l’éducation », montre que les dernières barrières au déploiement de l’école numérique ne demandent qu’à tomber. La multinationale japonaise a fait réaliser par FTI Consulting une étude européenne sur le poids et la perception des outils numérique dans cinq secteurs  précis : l’entreprise, l’industrie, la santé, le commerce et naturellement celui de l’éducation. En tout, 7 016 personnes ont été interrogées au second semestre 2016, dont 1 329 en France.

Ainsi, il ressort  que 71 % des professionnels de l’éducation en France ont un avis positif par rapport à l’utilisation du numérique dans leur secteur, mais ils restent inquiets sur la mise en place du dispositif destiné à le soutenir. Dans le détail, les plus grands obstacles sont le financement pour  44% des personnes interrogées en France  (47% pour l’Europe), la formation des enseignants à 45 % (40% pour l’Europe) et une technologie obsolète à 21%  (34% pour l’Europe). Sans surprise,  même si le pourcentage tend à diminuer année après année,  58% des professionnels français trouvent  que les enseignants ne sont pas encore suffisamment formés à l’utilisation des technologies qui deviendront indispensables dans les 10 prochaines années. Ils sont 61% à penser cela dans les autres pays européens. Cependant, 52% des Français, et 60% des Européens, se disent prêts à suivre une nouvelle formation. Du reste,  le compte personnel de formation des salariés mis en place depuis 2015 dans l’Hexagone pourrait trouver là tout son intérêt auprès des enseignants. 

Que les élèves aient des tablettes et des outils connectées à leur disposition semble inéluctable, mais, pour autant, les différentes matières seront-elles mieux apprises et surtout comprises ? Soixante deux pour cent  répondent par l’affirmative (70% en Europe) et ces nouveaux outils permettront la naissance d’une ère « de collaboration créative et d’auto-apprentissage où les enseignants seront plus disposés à jouer un rôle de guide ou de coach de vie », dixit l’enquête…

Qui plus est,  61% (71% en Europe) estiment qu’un apprentissage à la fois numérique et classique rendra l’éducation plus dynamique et les enseignants plus efficaces. On ne demande qu’à le croire.  « Pour que l’éducation tire pleinement profit des nouvelles technologies telles que les vidéoprojecteurs interactifs, la réalité augmentée ou les robots, et puisse mener une politique d’accompagnement dans cette nouvelle façon d’apprendre, l’éducation nationale et les institutions doivent investir en conséquence », résume Minoru Usui, P-DG d’Epson, et si possible dans ses produits naturellement. Tout est une question d’argent et de temps.

*Enquête réalisée en France, en Espagne, en Italie, au Royaume-Uni et en Allemagne

Epson Eduction école numérique